Bénarès, « cour des Miracles ».

Bénarès ou Varanasi est une ville importante de l’État indien de l’Uttar Pradesh. Elle est située tout entière sur la rive gauche du Gange, face au soleil levant, l’autre rive étant dénuée de toute construction.

La ville, dédiée à Shiva, est très fréquentée par les sâdhus (ou ermites) et les pèlerins de tout le pays. Elle est la ville sacrée de l’hindouisme.

La ville de Varanasi est surtout célèbre pour ses ghāts, berges recouvertes de marches de pierres qui permettent aux dévots hindous de descendre au fleuve pour y pratiquer ablutions et pūjās. Le bain dans le Gange est censé laver de tous les péchés. C’est aussi sur des ghāts spécialisés, le plus fameux étant Manikarnika, que l’on pratique les crémations à Vārānasī.

Les rues sont très étroites, il faut faire attention où on met les pieds, les vaches sont omniprésentes et les scooters déboulent à toute vitesse.De multiples échoppes, certaines ne font pas plus de 4 m2, proposent saris multicolores, Pashminas plus ou moins authentiques, épices, nourriture pour quelques roupies et, à la nuit tombée, certaines substances nettement moins recommandables.

La vie nocturne y est très animée avec son lot de marchands ambulants, pèlerins se rendant à des cérémonies au bord du Gange et mendiants en tout genre.

Tous les soirs a lieu la cérémonie du Puja au bord du Gange sur le ghat principal.

Il s’agit d’un rite d’adoration d’origine aryenne qui a remplacé les sacrifices qu’on pratiquait dans un lointain passé.

La « puja » consiste en une offrande de fleurs, de fruits, de riz, d’eau, d’encens à ces divinités. La personne qui accomplit la « puja » agite d’abord une clochette pour indiquer le début de la célébration, puis elle allume les lumières : bougies, cierges en tout genre. Elle peut alors déposer les fruits sur l’autel et procéder à la cérémonie proprement dite en récitant les prières consacrées, les « mantras ».

Cette cérémonie attire un très grand nombre de pèlerins dont une grande partie arrive par le Gange en bateau.

La crémation est un rite très important pour les hindous. Ils croient qu’il libère l’essence spirituelle d’un individu de son corps physique temporaire afin qu’il puisse renaître. 150 à 200 cadavres sont brulés par jour sur le principal ghat de crémation de Bénarès, Manikarnika. Les crémations ont lieu en continu de jour comme de nuit.

Enfants récupérant dans les cendres les objets non brulés des défunts.

Pour chaque crémation, la famille doit acheter environ 300 kg de bois qui est soigneusement pesé. C’est un commerce très lucratif.

Le Gange est considéré comme sacré par les hindous : l’immersion dans le Gange lave le croyant de ses péchés et la dispersion des cendres dans le fleuve peut apporter une meilleure vie future et même permettre d’atteindre plus tôt la délivrance. Pour les hindous, l’eau du Gange possède la vertu de purifier le corps des humains et de libérer l’âme des défunts. Les cadavres d’animaux et déchets en tout genre sont également jetés dans celui-ci.

Ce qui ne gène nullement les pèlerins pour faire leurs ablutions et boire son eau. Hommes et bêtes partagent ici le même bain.

Le Gange est également utilisé par la caste des laveurs de linge qui le font sécher ensuite au soleil sur les marches des ghats.

Les mariages sont également bénis dans le Gange.

Et les animaux viennent s’y abreuver et se faire laver quotidiennement.

Assurément, Bénarès ne peut laisser indifférent le visiteur occidental tant les différences culturelles sont importantes.

Pierre-Alain Perret

Une réflexion au sujet de « Bénarès, « cour des Miracles ». »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *